Livraison gratuite en Espagne continentale

Inscrivez-vous à notre newsletter et bénéficiez d'une réduction de 10 %.

Lésion du soléaire : surmenage ou kilomètres d’utilisation

Lésion du soléaire, un muscle du membre inférieur, situé dans la zone du mollet, qui longe l’arrière du genou jusqu’à juste au-dessus des muscles entourant la cheville. Il s’agit du muscle responsable de la flexion plantaire, c’est-à-dire de la position du pied lorsque les orteils pointent vers le bas, et il est donc essentiel à l’exécution des activités quotidiennes telles que la course, la marche, la station debout, la danse et l’équilibre.

Ce muscle est très important chez les coureurs : c’est lui qui applique la poussée de l’élan lors de la course. Pour la course de fond, il est important que le soléaire soit en bonne condition.

Qu'est-ce que la lésion du soléaire et qui est-elle principalement concernée ?

La blessure du soléaire est une blessure relativement fréquente chez les coureurs et les joueurs de tennis. Elle est causée par une surutilisation des muscles de la région et est accentuée dans les sports d’endurance et les longues distances.
Les blessures sont souvent dues à la fatigue ou au surentraînement. Elles peuvent également se produire lorsque le genou est fléchi pendant une longue période lors de la course, par exemple lors de la course en montée.

Lésion du soléaire : innervation et douleur référée

Son innervation appartient au nerf tibial, qui est une branche principale du nerf sciatique qui descend dans la loge postérieure de la jambe, communiquant avec la cheville et le pied par le tunnel tarsien.
Quant au schéma de douleur référée et à l’hypersensibilité à la pression référée des points gâchettes que ce muscle peut déclencher, il tend à apparaître principalement sur la face postérieure et la surface plantaire du talon. La douleur peut également être projetée à distance vers une zone située au-dessus de l’articulation sacro-iliaque du même côté.

Syndrome de l'arcade du soléaire

Le soléaire présente un complexe ligamentaire d’un point de vue anatomique qui fait que le diagnostic de lésion du soléaire doit être évalué de manière globale. Tant l’arcade ligamentaire que les différents points gâchettes font que le dysfonctionnement de ce muscle est d’une grande importance et fait l’objet d’une évaluation primaire dans de multiples pathologies du membre inférieur, telles que la sciatique, la fasciite plantaire, la douleur au talon, le syndrome du compartiment profond, la chirurgie du genou et du pied, entre autres.

Diagnostic d'une lésion du soléaire

La principale cause de lésion du soléaire est la surutilisation ou le kilométrage. Lorsque le soléaire et le gastrocnémien (muscles du mollet) subissent une rupture, il faut parler de la fameuse « pedrada ». Dans toutes les ruptures musculaires, on peut trouver différents degrés de gravité en fonction de la taille et des muscles touchés, on trouve ainsi des lésions de grade I, II, III :

  • Grade I. Le micro-déchirement des fibres musculaires, où un hématome peut apparaître en raison de la rupture des fibres capillaires, est le plus fréquent.
  • Grade II. La rupture dite partielle se produit en raison d’un plus grand nombre de fibres musculaires touchées, mais sans que le ventre du muscle soit totalement atteint. Le diagnostic par palpation puis par échographie est le meilleur moyen d’évaluer l’étendue de la lésion. Elle peut être diagnostiquée par une déformation ou un petit saut de la zone musculaire par palpation.
  • Grade III. Nous constatons une rupture totale du ventre musculaire, la douleur est très intense et la réaction du patient passe généralement d’une pierre à une forte hache. Nous pouvons trouver un fort hématome de plusieurs centimètres et c’est une blessure importante qui doit être évaluée et prise en compte avec l’échographie correspondante et les directives de réhabilitation.

Lésion du soléaire, son traitement et sa prévention

La première étape consiste à évaluer et à identifier le stade de la blessure.
Il est toujours recommandé de commencer par une phase conservatrice pour éviter que la pathologie ne s’aggrave, puis, en fonction de la zone du soléaire qui a été affectée, on procédera à des traitements par ponction (technique invasive appliquée à des points pour traiter les douleurs myofasciales), à la diathermie (technique non invasive de réchauffement local des tissus), à des étirements, à la massothérapie, à l’EPTE, à la cryothérapie et autres.

À titre préventif, il est également important de réaliser des actions axées sur des exercices excentriques, des étirements musculaires et une hygiène posturale spécifique comme la manière de marcher ou de courir.

Enfin, il est recommandé que la reprise de l’activité physique soit progressive.

Dans notre nouvelle section, nous vous proposons de nombreux articles intéressants sur la santé et le sport.

Recommandations pour les coureurs : comment renforcer le muscle soléaire ?

Heureusement, le soléaire est un muscle qui se renforce facilement s’il est entretenu correctement. L’exercice de renforcement le plus courant est le squat mural, basé sur une position assise avec les pieds à plat sur le sol. Les genoux doivent former un angle de 90 degrés et les cuisses doivent être parallèles au sol.

Un poids égal doit être placé sur la cuisse ou les muscles quadriceps et les orteils doivent être tirés vers l’arrière jusqu’à l’amplitude maximale du mouvement. Il est conseillé de répéter ce cycle de mouvements d’arrêt et de va-et-vient jusqu’à un total de 10 fois. Il est également conseillé d’effectuer la série d’exercices avec les doigts pointant vers l’extérieur, une autre avec les doigts pointant vers l’intérieur et enfin une autre avec les doigts pointant à nouveau vers l’extérieur.

Il est recommandé de commencer légèrement et d’augmenter progressivement au fur et à mesure que votre corps le permet.

La clé est de toujours ajouter un peu de poids car lorsque vous courez, vous adoptez une position à une jambe, multipliant votre force par deux, trois ou même quatre fois votre poids corporel. Par conséquent, les exercices de musculation seuls ne sont d’aucune utilité. Au lieu de soulever les mollets comme d’habitude, vous pouvez soulever un seul mollet avec un haltère dans une main, faire des deadlifts avec une jambe et des haltères, ou vous tenir en équilibre sur une surface instable. C’est le seul moyen de faire travailler les fibres musculaires plus profondes et à contraction lente.

Il n’est pas non plus déraisonnable d’alterner avec le tapis de course car il n’y a pas de mouvement latéral des genoux vers le bas, donc le muscle souffre moins et l’impact sur cette zone est encore plus réduit car c’est une surface souple.

Le soléaire n’est peut-être pas le plus grand muscle du mollet, mais son renforcement sera d’une grande aide pour mieux affronter la course de fond et le sport.

lésion du soléaire

Autres articles liés

Abrir chat